19/07/2003

Ma fête à Marc Lavoine...

Désolé, mais j'ai plus accès à la place de l'Hôtel de ville car j'ai plus de ticket.  Ah si Skynet m'en avait envoyé un p'tit, j'vous aurais dit plein de choses marrantes. Mais voilà, j'ai dû me contenter de faire la "fête à Lavoine" à ma manière.  Y a  pire vous allez dire. 
Comme vous le voyez sur la photo, j'ai eu droit à un rappel... avec modération !

23:12 Écrit par Nic Sparadradebainmarie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Drôle d'impression en lisant ton blog Il me semble que Spa est devenue une ville super-fliquée avec des néo-nazis en uniformes qui jouent aux "exterminator" de photographes, un programme qui a l'air aussi intéressant qu'innaccessible au commun des mortels sauf s'il est en chaise roulante. Au fait dans ce festival on chante bien en Français, si tu nous parlais un peu des textes, mais, je sais, c'est difficile pour toi de passer les nombreux barrages....

Écrit par : Chevaljak | 19/07/2003

Franchement difficile ! C'est vrai que le texte est important. Mais pour celui qui connaît pas les paroles à l'avance, c'est pas facile de comprendre ce qu'ils chantent. La priorité va, me semble-t-il, aux décibels que tout le monde semble affectionner (moi aussi, j'aime bien que mes tympans bourdonnent).
Mais il existe des concerts "intimistes" dans les petites salles et salons du Casino. Et là, le public sort ravi (sauf l'un ou l'autre) de cette proximité et intimité. Dans cette optique, c'est souvent le calme absolu dans le public, sauf lorsqu'il est appelé à accompagner l'artiste dans son chant.
Mais j'ai pas accès à ces salles et je sais rien dire de plus que ces quelques mots.
Faut dire aussi que je ne suis pas très "texto" sauf bien au calme avec les paroles sous les yeux.
Mais tu as entièrement raison, on ne parle pas assez des textes.

Écrit par : nic | 20/07/2003

Les commentaires sont fermés.